De l’architecture romane à l’architecture gothique

Entre le XIème siècle et le XIVème, l’Occident se couvre d’église puis de cathédrales. Toute l’Europe connaît une véritable effervescence artistique. Les édifices religieux sont le lieu d’expérimentations architecturales : de l’art roman, on passe à l’art gothique. Mais pourquoi est-on passé de l’architecture romane à l’architecture gothique ? MJM Graphic Design, école d’art qui dispense une formation en architecture d’intérieur, nous donne quelques éléments de réponse.

L’architecture romane pour éviter les incendies

Au début, les plafonds des églises étaient en bois, mais elles étaient fréquemment ravagées par les incendies. Les bâtisseurs de l’époque ont donc d’abord eu l’idée d’utiliser la pierre plutôt que le bois, mais il fallait de très longs morceaux de pierres qui risquaient de se fendre en deux.

Ils ont alors réutilisé le système de voûtes qu’utiliser les romains, c’est ce qu’on appelle l’architecture romane. La voûte sert de plafond et soutient le toit, on l’appelle voûte en berceau car elle est en forme de demi-cercle comme un berceau d’enfant mise à l’envers.

La voûte en pierre est très lourde et s’appuie sur les murs. Pour qu’il ne s’effondre pas, ils doivent être très épais et soutenue par des contreforts à l’extérieur.

Pour ne pas fragiliser l’ensemble de la construction, les bâtisseurs de l’époque ne pouvaient percer que des fenêtres de petite taille. En effet, une fenêtre trop grande fragiliserait le mur et sous le poids de la voûte, il s’écroulerait. L’intérieur de l’église est donc très sombre or pour les chrétiens dieu est lumière. Il a donc fallu trouver une solution pour la faire entrer dans l’église par de grandes fenêtres.

L’architecture gothique pour apporter de la lumière aux édifices

C’est l’architecture gothique qui va résoudre ce problème. Plutôt qu’une voûte qui s’appuie sur tout le mur, les bâtisseurs imaginent une voûte soutenue par des arcs qui se croisent en un point, la croisée d’ogives, et qui ne s’appuie que sur quatre piliers. Comme les murs ne portent plus la voûte, les architectes peuvent ainsi percer de grandes fenêtres avec des vitraux (composition décorative formée de pièces de verre de différentes couleurs). Comme à l’intérieur le poids de la voûte repose sur les piliers, il faut aussi compenser à l’extérieur pour que les piliers ne s’écroulent pas, c’est le rôle des arcs boutants.

Pour résumer MJM Graphic Design précise que, les éléments caractéristiques de l’architecture romane sont : les arcs en plein cintre, les voûtes en berceau, des murs épais, de puissants contreforts et de petites fenêtres. Les édifices romans sont donc plutôt massifs et sombres. Tout le contraire des bâtiments gothiques qui sont composés : d’arcs brisés, de voûtes sur croisée d’ogives, des murs fins et hauts, des arcs boutants et de baies vitrées. Les édifices gothiques sont donc plutôt hauts et baignés de lumières.