Plus de visibilité pour la profession d’architecte d’intérieur

Le 2 août 2018, le sénateur Jean-Pierre Sueur, parti socialiste, a attiré l’attention de la ministre de la Culture sur la nécessité de mettre en place des mesures concrètes pour donner plus de visibilité à la profession d’architecte d’intérieur. En effet, actuellement, les architectes d’intérieur font face à un vide juridique qui impacte directement leur exercice et leurs clients. De plus, en 2009, un référentiel « Répertoire national des formations professionnelles » a été créé pour mettre en valeur les compétences métiers mais il n’a pas été actualisé depuis.
Le 11 octobre 2018, le ministère de la Culture a répondu favorablement à cette question et a annoncé la mise en place de différentes mesures pour donner plus de visibilité à la profession d’architecte d’intérieur. Au travers de cet article, MJM Graphic Design, une école d’art qui dispense des formations pour devenir architecte d’intérieur, revient sur les mesures du gouvernement.

La création d’un référentiel national de compétences pour 2019

Le ministère de la Culture a répondu favorablement à la question du sénateur et s’est engagé à développer la visibilité de la formation et des métiers de l’architecture d’intérieur. Cet engagement fait suite à la loi du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (LCAP).
Le ministère de la Culture s’est donc rapproché de ceux de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur pour encourager l’harmonisation des objectifs et des compétences acquises dans les différents établissements comme MJM Graphic Design. Cette étape est indispensable pour éviter de créer des différences de traitement entre les différents centres de formation.
D’ici le début de l’année 2019, un référentiel national de compétences va être mis en place pour pallier à cette situation.

Bien faire la différence entre la profession d’architecte et celle d’architecte d’intérieur

Cependant le ministère de la Culture souhaite s’entretenir avec l’Ordre des architectes sur la dénomination « architecte d’intérieur » pour éviter toute confusion entre les deux professions. En effet, comme le souligne MJM Graphic Design le métier de l’architecte d’intérieur vient après celui de l’architecte qui conçoit le bâtiment. Il est en charge d’aménager et de concevoir les espaces qui vont rendre vivant le bâtiment.
De plus, la profession d’architecte est déjà réglementée par la loi du 3 janvier 1977 sur l’architecture. Le gouvernement veut donc faire de même avec la profession d’architecte d’intérieur tout en évitant les confusions entre les deux métiers.